Le CNDDC avertit contre la manipulation sur les réseaux sociaux

El Watan, 13 juillet 2015

Les événements tragiques qui ont secoué la vallée du M’zab, ces derniers jours, ont fait réagir non seulement la classe politique, mais aussi des représentants de la société civile.

Hier, le Comité national de défense des droits des chômeurs (CNDDC) s’est dit consterné et outré par ces violences récurrentes à Ghardaïa, plongeant la population dans un cauchemar interminable et dans un climat de peur intenable. Il a également dénoncé les manipulations orchestrées sur les réseaux sociaux. «Il y a eu des morts ainsi que des dizaines de blessés.

Des familles algériennes sont endeuillées en ce mois de piété et certains ne cherchent qu’à envenimer la situation», condamne le comité. Pour cette organisation qui a toujours plaidé pour un combat et des actions revêtant un caractère pacifique, le conflit qui secoue Ghardaïa est loin d’être intercommunautaire. «Il y a des provocateurs et des parties étrangères à la région qui veulent à tout prix maintenir le statu quo et le chaos dans cette région.

Ce groupuscule, qui attise le feu de la fitna dans la vallée du M’zab, vise en réalité la destruction et la déstabilisation de l’unité nationale», note le comité, qui déplore le recours aux armes et à la destruction des biens de plusieurs familles qui se retrouvent du jour au lendemain sans abri. A Ghardaïa, le droit à la vie est sérieusement remis en cause.

Tahar Belabbes, membre de ce comité, appelle à cet effet au bon sens, à la conscience et à la vigilance afin d’éviter l’embrasement. «Les images et les vidéos postées par certains manipulateurs en boucle sur certains sites et sur les réseaux sociaux sont le fruit d’une machination dans le but de maintenir le chaos», avertit le comité.

Le CNDDC, qui s’est distingué ces dernières années par son engagement pour la défense des opprimés et des chômeurs des wilayas du Sud rappellera, que durant sa lutte, il a toujours appelé à l’unité des rangs et à la préservation de l’unité nationale et évité que le sang coule. «Le combat des jeunes Algériens a toujours été pacifique, il était et sera toujours un combat contre la hogra, la pauvreté, les fléaux sociaux… Nous luttons pour le développement du pays et non pour son effondrement», explique le comité.

Jouant la carte de l’apaisement, le comité demande à chaque partie concernée par ce qui se passe à Ghardaïa d’essayer de déjouer les comploteurs, les semeurs de troubles et d’œuvrer pour le retour au calme, afin de créer un climat favorable à un dialogue qui peut mener vers des solutions durables.

Le comité appelle le peuple algérien à un sursaut de solidarité avec les Ghardaouis et l’invite par-là même à faire preuve de vigilance quant aux manipulations qui se jouent, notamment sur les réseaux sociaux. «Il faut établir un diagnostic de la situation, toutes les parties, notamment nos jeunes, doivent investir dans la réflexion, le dialogue, l’analyse des véritables problèmes locaux et faire des propositions afin de contribuer à trouver des issues à la crise», indiqueTahar Belabbes, qui demande aux Algériens de ne pas reproduire les informations racistes et mensongères étayées sur les réseaux sociaux et qui concernent les Berbères et les Arabes.
Nabila Amir

 
Printable version
M'zab: Qui provoque les affrontements?  
www.algeria-watch.org