A Ghardaïa, 30 arrestations, une commission d'enquête et des plans sécuritaires

May Sammane/ Agence, HuffPost, 10 juillet 2015

Le calme a régné à Ghardaïa pour la seconde nuit consécutive depuis les affrontements sanglants de mardi et mercredi et qui ont fait 22 morts.

La visite du premier ministre était annonciatrice des mesures prises par les autorités pour le maintien de l'ordre dans la région.
Ainsi selon le journal El Khabar, 4000 soldats ont été mobilisés en soutien aux 8000 agents de maintien de l'ordre sur place déjà. 30 personnes, accusées de violence, ont été arrêtées dont l'activiste Kameleddine Fekhar.

Selon le communiqué de la Direction générale de sûreté nationale (DGSN), les arrestations sont motivées par les "atteintes à l'ordre public et à la sécurité des citoyens et des biens".

Lors d'une opération d'envergure, précise" la DGSN, "des dizaines d'armes blanches de différents types ainsi qu'une quantité importante de cocktails Molotov" ont été saisies. Selon la même source "ces opérations se poursuivent afin de neutraliser tous les contrevenants".

A Ghardaïa, Sellal a annoncé l’interdiction de tout rassemblement sur le territoire de la wilaya et la suspension de toutes les activités culturelles jusqu’à nouvel ordre. Les matchs de football se joueront désormais à huis clos.

Selon le correspondant d'El Khabar à Ghardaïa, un nouveau dispositif a été mis en place concernant l’armement des unités de la gendarmerie et de la Sûreté nationale dans les zones à risque.

Selon le quotidien El Watan, le commandement de l’armée a préparé deux plans d’intervention en prévision d'une éventuelle aggravation de la situation.

"Le premier plan, en application depuis mardi dernier, est de doter les unités spéciales d’armes pour tout affrontement. Le deuxième plan comprend le déploiement de l’armée dans les villes de Ghardaïa, Guerrara et Berriane".

Il a également été décidé de mettre en place des barrages de sécurité et de procéder à des perquisitions de maisons soupçonnées d’être des caches d’armes.

Quand à la commission d'enquête, rapporte le quotidien El Khabar, elle a été confiée au département du renseignement et de sécurité de l'ANP. Le DRS est désormais chargé d'enquêter sur les raisons du regain de violences et les motivations des affrontements sanglants de ce début de juillet et l'utilisation des armes à feu.

Le Premier ministre a souligné à Ghardaïa que le commandant de la 4ème région militaire a été chargé de "superviser l’action des services de sécurité et des autorités locales pour rétablir l'ordre public et préserver la sécurité des personnes et leurs biens à travers la wilaya de Ghardaïa".

L'armée a "toutes les prérogatives pour rétablir l'ordre même en instaurant un couvre-feu, interdisant les manifestations, les attroupements", a-t-il précisé pour indiquer toute la latitude qui a été accordée à l'ANP pour faire régner l'ordre et faire respecter la loi.

 
Version imprimable
M'zab: Qui provoque les affrontements?  
www.algeria-watch.org