La mafia sicilienne, colombienne et russe s’offre les services d’El Qaida au Maghreb

Velléités de bloquer le pipe transsaharien pour libérer les voies de la contrebande

El Khabar, 11 juillet 2009

Les services de sécurités compétents dans les pays du Maghreb arabe ont rouvert le dossier relatif à l’enquête en relation avec les associations mafieuses de Sicile, de Colombie et de Russie. Cet intérêt est intervenu après l’attaque d’El Ouasri au Mali et après que les services algériens aient confirmé la collusion entre le leader des terroristes au Sahara, Hamid Essoufi avec la mafia marocaine et espagnole de la drogue.
Les services algériens ont, donc, rouvert le dossier concernant la relation des réseaux mafieux internationaux avec El Qaida au Maghreb, quand la situation sécuritaire s’est brusquement dégradée, au nord du Mali, au moment où avait eu lieu la signature de l’accord portant réalisation du Pipe Line transsaharien, entre l’Algérie et le Nigéria. Des militaires professionnels ayant travaillé dans la zone du Sahel et du Sahara affirment « qu’il est pratiquement impossible, pour tout groupe terroriste et même aux troupes régulières comme celles du Mali de travailler au mois de juillet sous une température qui varie entre 45 et 50 degrés, sans qu’ils ne subissent les conséquences logiques de la soif et de l’usure du à l’effort, dans pareilles conditions ». Les groupes de contrebandiers et des terroristes ont rencontré, ces derniers jours, Mokhtar Belmokhtar. Les risques encourus étant connus et pour cela, personne n’ose bouger en été, sauf dans des périmétres réduits ; ce qui veut dire, que les terroristes ont été payés par les groupes mafieux pour faire cette grande « exhibition », dans le désert.
Il paraît, selon les intéressés par ce que se passe dans ces zones que le déplacement des terroristes sur près de 350 km n’est pas évident et la contre partie doit être très élevée. Selon une source sécuritaire, de haut rang, les pays du Sahel et l’Algérie coopèrent militairement, depuis février passé, et devaient engager une opération militaire de grande envergure si ce n’est les pressions des occidentaux qui avaient pour les otages européens et l’otage suisse qui a été assassiné.
La dégradation de la situation sécuritaire, au nord Mali, selon une source crédible, a poussé les sociétés d’assurance, à doubler les primes, ce qui rend, évidemment, la réalisation du pipe impossible, sauf, s’il faut faire appel à des sociétés de sécurité privées. Cette solution est, elle aussi, de nature à donner l’occasion aux sociétés internationales d’assurance qui augmenteront les primes d’assurances des personnels étrangers, dans les entreprises pétrolières d’Algérie et du Nigéria.
Selon certaines informations, l’armée malienne et les terroristes d’El Qaida au Maghreb ont exagéré les bilans des dernières confrontations. Les terroristes ont voulu transmettre à leur commanditaire un message faisant état de l’accomplissement total de l’opération et le côté malien a voulu défaire la pression internationale qui pèse sur lui.
La détérioration de la situation sécuritaire est intervenue, en même temps, que la signature du contrat de réalisation du Pipe transsaharien, ce qui accroît les lectures faisant état d’une collusion de Hamid Essoufi, El Qaida au Maghreb et la mafia de l’énergie et des assurances ainsi que des contrebandiers de la cocaïne de Colombie qui transitent par le Sahara pour l’Europe. Selon des aveux de certains contrebandiers, Hamid Essoufi reçoit des redevances mensuelles de chaque groupe qui transite par les zones de « Foughars » et de « Zour Rak »

 

11-07-2009
Ahmed Nasser

 
Version imprimable
Le Sahel sur fond de lutte géopolitique  
www.algeria-watch.org