Accord d’association Algérie – UE

Les craintes des opérateurs nationaux confortées après dix-huit mois de mise en œuvre

par Safia Berkouk, Le Jeune Indépendant, 4 juin 2007

Les résultats livrés par la commission technique de suivi et de mise en œuvre de la zone de libre-échange avec l’UE, reprenant les chiffres du premier trimestre 2007, laissent ainsi paraître une importante baisse des exportations algériennes hors hydrocarbures vers l’UE pour les produits concernés par l’accord, au moment où les importations provenant de cette région ont augmenté.

Des tendances diamétralement à l’opposé de celles observées lors de la première évaluation de l’accord, effectuée une année après son entrée en vigueur. Selon ces statistiques publiées par la Chambre algérienne de commerce et d’industrie, les importations algériennes en provenance de l’UE ont ainsi augmenté de 3,3 % au cours du premier trimestre de 2007 par rapport à la même période de l’année dernière, atteignant 3,06 milliards de dollars pour des importations globales de l’ordre de 5,8 milliards de dollars.

Même si, en valeur, les importations de l’UE ont augmenté, la part de cette région dans les achats extérieurs de l’Algérie a diminué durant la période considérée, passant ainsi de 56,53 % durant le premier trimestre 2006 à 52,19 % au cours des trois premiers mois de cette année.

Cette part a également régressé en comparaison avec la première année de mise en œuvre de l’accord d’association où elle était de 53,83 %. Dans le détail, il apparaît qu’entre janvier et mars 2007, ce sont principalement les produits qui bénéficient de préférences tarifaires, représentant moins de 50 % du total des importations, qui ont été le plus importés d’Europe par rapport au premier trimestre 2006.

Il s’agit particulièrement des produits industriels dont l’importation a augmenté de 3,1 % à 766 millions de dollars et ceux relevant des protocoles 2, 4 et 5 qui ont connu une hausse de 13,77 % avec 504 millions de dollars. Ces derniers concernent les produits agricoles et les produits agricoles transformés dont les importations de l’UE ont progressé respectivement de 12,96 et 27,21 % avec des montants respectifs de 462 et 42 millions de dollars.

L’importation des produits de pêche a, en revanche, baissé de 70 %, mais ces derniers ne représentent qu’une part infime par rapport à la structure globale des importations avec une valeur estimée à 350 000 dollars. Les produits ne bénéficiant pas de préférences tarifaires ont connu, quant à eux, une légère baisse des importations estimée à 0,79 % pour atteindre une valeur de 1,79 milliard de dollars.

S’agissant des exportations algériennes hors hydrocarbures vers l’Europe, elles ont atteint 80 millions de dollars contre 157 millions à la même période de 2006, soit une baisse de 52,1 %. Entre septembre 2005, date d’entrée en vigueur de l’accord, et septembre 2006, ces exportations étaient déjà très faibles avec un montant de 592 millions de dollars, mais elles avaient tout de même enregistré une très légère hausse de 1,3 % par rapport aux années précédentes.

Cette baisse est due essentiellement aux produits industriels dont le montant exporté a atteint à peine 67 millions de dollars contre 156 millions durant le premier trimestre 2006. Là encore, la part de l’UE dans les exportations hors hydrocarbures globales algériennes a baissé de 63,02 à 47,9 %.

La diminution de la part de l’UE dans nos exportations vers l’UE s’explique par la faiblesse des exportations des produits industriels et ce en raison des dernières dispositions prises par les pouvoirs publics visant la réglementation et l’organisation des exportations des déchets ferreux et non ferreux, des peaux brutes et du liège brut.

S. B.

 
Version imprimable

Politique européenne

 
www.algeria-watch.org