Le ministre des finances l’a révélé hier à l’APN

Plus de deux milliards de dollars de dépenses imprévues en 2014

Le Soir d'Algérie, 10 janvier 2017

Le projet de loi de règlement budgétaire de 2014 présenté hier par le ministre Hadji Baba Ammi devant la Commission des finances de l’APN fait état de 169,5 milliards de DA de dépenses imprévues durant cet exercice, un dollar valait en moyenne 79 DA, soit 2,15 milliards de dollars (6% des dépenses globales).
Lyas Hallas - Alger (Le Soir) - Le projet de loi de règlement budgétaire de 2014 présenté hier devant la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) par le ministre des Finances, Hadji Baba Ammi, indique que les dépenses budgétaires effectivement réalisées au titre de cet exercice étaient de 7145,3 milliards de DA (90,5 milliards de dollars) dont 169,5 milliards de DA (2,15 milliards de dollars) de dépenses imprévues. Et ce, contre des recettes effectivement recouvrées de 3 924 (près de 50 milliards de dollars).
Si le ministre n’a pas précisé la nature des dépenses imprévues, il a juste essayé de minimiser le montant, disant que «c’est acceptable du moment où ces dépenses ne dépassent pas 10% de l’ensemble des dépenses».
En tout cas, le tableau présenté devant la Commission des finances du budget de l’APN montre que les dépenses de fonctionnement ont atteint 4 430,25 milliards de DA (56 milliards de dollars) et celles d’équipement 2 545,5 milliards de DA (32,2 milliards de dollars). Ce qui représente, aussi bien pour les dépenses que pour les recettes, un taux de réalisation de l’ordre de 93%. Parce que la loi de finances pour 2014 a prévu des dépenses de 7 656,16 milliards de DA (près de 97 milliards de dollars) et des recettes de 4 218,18 milliards de DA (53 milliards de dollars).
In fine, le déficit budgétaire a atteint au bout de cet exercice, des dépenses imprévues comprises, 3 221,21 milliards de DA (40,7 milliards de dollars), soit 18,72% du PIB, absorbé en partie par les 2 151,11 milliards de DA (27 milliards de dollars) prélevés dans le Fonds de régulation des recettes pour ramener le déficit à 1 334,3 milliards de DA (17 milliards de dollars), soit 8% du PIB. Dans ce contexte, il faut souligner que la croissance enregistrée (3,8%) n’a pas atteint le taux projeté par la loi de finances pour 2014 (4,5%).
Un résultat imputé par le ministre des Finances à la baisse de régime des secteurs des hydrocarbures et de l’agriculture. Autre chiffre qui a déjoué les prévisions de la loi de finances pour 2014, le taux d’inflation qui a stagné à 2,92% au lieu des 3,5% prévus. A fin 2014, les réserves de change étaient de 177,3 milliards de dollars et le Fonds de régulation de recettes affichait un solde de 6 245 milliards de DA (79 milliards de dollars). Ce projet de loi de règlement budgétaire de l’exercice 2014 devrait être débattu en plénière par les députés le 30 janvier prochain.
L. H.

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org