Affaires des otages autrichiens

Al-Qaïda s'en tient à sa rançon

Par :Rédaction de Liberte, 8 avril 2008

Les ravisseurs des deux touristes autrichiens, membres de la Branche d'Al-Qaïda au Maghreb, sont d'accord pour poursuivre les négociations en vue de leur libération, malgré l'expiration de l'ultimatum dimanche, a-t-on appris, hier, de source diplomatique à Bamako. "Par des intermédiaires, nous venons d'apprendre ce lundi, que les ravisseurs sont prêts à poursuivre les négociations malgré la fin de l'ultimatum qui était fixé dimanche 6 avril à minuit", a déclaré à l'AFP un diplomate en poste à Bamako. "Il semble, de manière de plus en plus claire, que la vie des otages n'est pas en danger pour le moment, mais il faut donner un coup d'accélérateur aux négociations", a-t-il dit. "Il faut pouvoir maintenir le contact permanent avec les ravisseurs qui est une gageure." Les deux touristes autrichiens, Andrea Kloiber, 44 ans, et Wolfgang Ebner, 51 ans, ont été enlevés le 22 février en Tunisie. Les autorités tunisiennes avaient, cependant, mis en doute leur présence et leur enlèvement en Tunisie. En contrepartie de la libération des otages, les ravisseurs avaient initialement exigé la libération des islamistes détenus en Algérie et en Tunisie, mais, selon des informations de presse non confirmées, ils ont également exigé le versement d'une rançon de 5 millions d'euros. La radio publique autrichienne ORF a ensuite affirmé que les ravisseurs avaient ajouté des demandes : l'augmentation de la rançon, le retrait des soldats autrichiens déployés en Afghanistan et la libération d'un couple d'islamistes condamnés le 10 mars à Vienne pour avoir diffusé une vidéo menaçant d'attentats l'Autriche et l'Allemagne.
Vienne négocie principalement par le biais d'une mission de quatre personnes déployées depuis la mi-mars au Mali, pays où les otages seraient détenus.

 
Version imprimable
Touristes enlevés dans le Sahara  
www.algeria-watch.org