Les secteurs qui paient le mieux les Algériens: La Sonatrach pour le public, les banques pour le privé

par Moncef Wafi, Le Quotidien d'Oran, 5 décembre 2017

  A croire l'enquête annuelle sur les salaires menée par l'Office national des statistiques (ONS), le travailleur algérien a gagné en 2016 quelque 700 DA de plus qu'une année auparavant soit plus de 1,8%. L'enquête menée auprès de 545 entreprises publiques et de 242 entreprises privées de 20 salariés et plus (hors administration et agriculture) montrent que le salaire net moyen mensuel a été globalement de 39.900 DA en 2016 à raison de 55.700 DA dans le secteur public contre 32.600 DA dans le privé national.

Le salaire net moyen étant le salaire brut (58% du salaire de base et 42% de primes et indemnités) diminué des différentes retenues (IRG, sécurité sociale et retraite). Aussi bien que pour le public que le privé, les augmentations sont insignifiantes face aux hausses répétitives des produits de première nécessité. Selon l'ONS, la différence entre fiche de paie étatique et privée est expliquée en partie par l'existence de certaines entreprises publiques importantes en termes d'effectifs avec un système de rémunération avantageux. En effet, et sans surprise, on retrouve la Sonatrach et ses filiales ainsi que les banques dans le hit-parade des meilleurs salaires, une tendance généralisée depuis toujours et confirmée par les chiffres de l'ONS. Les résultats de cette étude attestent derechef que les activités pétrolières (production et services d'hydrocarbures) ainsi que les activités financières (banques et assurances) demeurent les secteurs qui payent le mieux. Un salaire net moyen de 102.000 DA/mois est versé dans les industries extractives d'hydrocarbures et 59.700 DA/mois dans le secteur financier.

En 2015, il était respectivement à 100.500 DA/mois et 59.200 DA/mois. Une configuration salariale expliquait alors par l'ONS par la nature même des employés de ces deux branches d'activité recrutés parmi les diplômés et par le fait que ces entreprises ont plus de facilités que d'autres pour payer leur personnel (système de rémunération spécifique). Et pour respecter les données nationales, la construction avec 30.400 DA/mois et l'immobilier et services aux entreprises avec 32.900 DA sont les secteurs où les salaires nets moyens sont inférieurs à la moyenne globale. Ainsi, les entreprises publiques les moins rémunératrices sont celles de la construction avec 35.700 DA/mois et les hôtels et restaurants avec 34.600 DA. Une fiche de paie intimement liée au grade du personnel de ces entreprises en majorité composé d'agents d'exécution, ce qui tire vers le bas le salaire moyen de ce secteur.

Quant au privé, la même source d'informations rapporte que c'est le secteur financier qui offre les meilleures opportunités salariales avec 74.300 DA, soit le double du salaire net moyen global dans le privé national, la présence de banques privées étrangères expliquant cela. Le secteur de la santé avec 44.000 DA, soit 1,3 fois le salaire net moyen global dans le privé arrive en deuxième position. Par contre, il ne fait pas bon de travailler dans la filière «mines et carrières» et l'activité «immobilier et services aux entreprises» où les salaires sont de 26.000 DA et 27.800 DA. Il est également fait état des écarts de salaires assez élevés, dans certains cas, selon la qualification et les secteurs d'activité. Parmi les éléments les plus discriminants du niveau des salaires, l'ONS avait révélé dans son enquête de 2015 la qualification du salarié, le secteur juridique, la taille de l'entreprise ainsi que les spécificités de rémunération sectorielles des entreprises de certains secteurs.

 

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org