Livres 
   

 

au refuge des balles perdues

Chroniques des deux Algérie

Sid Ahmed SEMIANE

Introduction

Voir aussi: Note de lecture: Au refuge des balles perdues (Politis, 7-13.07.05)

« Etre Algérien n’est pas une nationalité. Ce n’est même pas une identité. C’est un travail à temps plein pour lequel nous ne sommes pas encore payés. C’est une maladie dangereuse dont personne ne s’est jamais relevé. »

« Depuis jeudi, un jeune garçon de dix-neuf ans hésite à mourir, alors qu’une balle perdue a trouvé refuge au fond de sa tête. […] Selon les théoriciens hargneux de la gendarmerie, la sentinelle de faction au niveau de la porte principale de l’établissement de réparation navale, situé au port d’Alger, a tiré un coup de sommation. »

Ce livre propose un regard singulier, et dévastateur, sur la société algérienne. Sid Ahmed Sémiane, dit « SAS », l’un des journalistes les plus mordants de sa génération, y a réuni une centaine de ses chroniques publiées dans le quotidien Le Matin de 1999 à 2002, mises en perspective par des textes inédits que le recul de l’exil rend particulièrement incisifs.

Rédigées à chaud, au fil d’une actualité tragique, ballottée entre des cadavres anonymes s’entassant à la une des journaux et des mensonges d’État avalisés par un Occident complaisant, ces chroniques restent d’une brûlante actualité. Et elles révèlent une réalité proprement sidérante : sur la terre d’Algérie coexistent aujourd’hui deux pays, séparés physiquement l’un de l’autre. Le premier, riche, corrompu et arrogant, est celui du pouvoir, des généraux et de leurs affidés barricadés dans le fameux « Club des pins ». C’est surtout celui-là que connaît la France officielle, ignorant l’Algérie réelle, pauvre, meurtrie et humiliée, celle d’un peuple abandonné à son propre désespoir.

Sur un ton caustique et révolté, avec un humour chargé de poésie, Sid Ahmed Semiane nous aide à déchiffrer ce désordre algérien qui désespère tant. Des mots terribles s’y bousculent : torture, disparus, généraux, émeutes, morts, intrigues, misère, terrorisme, putsch, chasse aux couples… Mais d’autres mots affleurent : rêve, démocratie, liberté, jeunesse, espoir, tendresse…

Né en 1971, Sid-Ahmed Semiane est journaliste depuis 1989. Il a collaboré à plusieurs journaux algériens, dont le quotidien Le Matin de 1998 à 2002. Il vit depuis en exil en France.

Collection : Cahiers libres – 228 pages – 15 €

Contact presse :
Pascale Iltis
Tel : 01 44 08 84 21
Fax : 01 44 08 84 17
e-mail : p.iltis@editionsladecouverte.com

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org