Quelle réconciliation pour l'Algérie?

Editions Hoggar, Ouvrage collectif, 2005

En ligne: http://www.hoggar.org/modules.php?name=Books&op
=ShowBook&cover=reconciliation.jpg

Réconciliation nationale et amnistie générale, un double thème récurrent des lendemains de guerre, lorsque la société épuisée est partagée entre les besoins contradictoires de savoir et d'oublier, de punir et de pardonner, pour pouvoir s'en aller, enfin apaisée, à la rencontre d'un nouveau destin.

Mais si, à l'heure des bilans, le prix de la guerre est connu parce que versé, celui de la paix reste encore à payer.

Au nom du besoin de savoir et de comprendre, peut-on faire l'économie d'un débat nécessairement contradictoire qui doit impliquer d'abord et de toute évidence les principaux protagonistes, les parties au conflit ?

Et lorsque la vérité aura été dite pourra-t-on, alors, faire l'impasse sur le besoin de justice exprimé par les victimes, toutes les victimes ?

Le discours du pouvoir ou de ses porte-voix sur la réconciliation nationale présage-t-il d'une solution réelle à la crise algérienne, ou s'agit-il d'une nouvelle manoeuvre qui s'inscrit dans la lignée de celles, dépouillées de toute dimension politique, qui l'ont précédée ?

C'est à ces questions que cet ouvrage collectif tente d'apporter des éléments de réponse, en éclairant la problématique selon diverses perspectives.

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

« L'amnistie est qualifiée d'amnésie. La proximité plus que phonétique, voire sémantique entre amnistie et amnésie signale l'existence d'un pacte secret avec le déni de mémoire. Le processus d'amnistie est critiqué partout dans le monde comme un déni de justice envers les victimes, dont il faut restaurer la dignité humaine et politique. Elles sont non seulement renvoyées à leurs souffrances, mais encore à leur solitude morale. […] L'amnistie ne peut être que la suite logique de la paix. Elle nécessite des convictions longuement élaborées, approfondies, mûries, pour résister aux nombreux écueils qui viennent de partout. Elle nécessite une ambition collective et non une ambition individuelle. L'amnistie, qui ne sera pas précédée par une recherche de la vérité sur les crimes commis, ne sera qu'un échec pour la réconciliation nationale. » Abdennour Ali-Yahia

« La crise politique algérienne doit être résolue de façon juste et globale, notamment par l'organisation d'une conférence nationale en vue d'une moussaraha (échange franc), d'une moutaraha (débat contradictoire) et d'une moukachafa (établissement des faits) aptes à conduire à une véritable moussalaha (réconciliation) nationale. » Ali Benhadj

« Le peuple algérien, après avoir subi les foudres d'une sale guerre, est sommé d'absoudre ses bourreaux, de les mettre à l'abri de toute poursuite future. La méthode même est évocatrice des mœurs du régime, celle du tortionnaire qui, ayant démoli sa victime par plusieurs séances de torture, est persuadé qu'elle admettra et avouera tout ce qu'il exigera d'elle, pourvu que cessent momentanément les coups qu'il lui assène. » Lounis Aggoun

« De façon universelle, les hommes reconnaissent que la victime d'une injustice à le droit de parler, que les faits dont elle a pâti doivent être établis chaque fois que faire se peut, que la vérité a le droit d'insister pour se faire jour. » Pierre Guillard

Auteur: Ouvrage collectif
Edition: 2005
Pages: 300 , Illustrations en couleurs
ISBN: 2-940130-18-3 Version Papier
60.00 CHF
€40.00,$40.00

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org